Au cœur de la montagne limousine, une université européenne de création :
Le Refuge des résistances Armand Gatti


Refuge des résistances, Armand Gatti.
par Pierre Coutaud, maire de Peyrelevade


Gatti, la première fois, pour moi ce fut à Gentioux pour une lecture. Je ne le connaissais pas, une affiche de quelque part, je ne sais plus où. Son nom ne me disait rien. Ce qui m’a décidé ? La référence à la Résistance, ici sur le plateau. Une fidélité présente, vivante à mon arrière grand-père, boucher, marchand de bestiaux, membre de l’Armée secrète, “un légal”, qui ravitaillait le maquis. Et ma grand-mère, qui jeune fille, filait à bicyclette par les chemins avec des messages. Et tout au fond une empreinte, le refus de l’ordre établi. La rencontre, la vraie, ce fut quelques mois plus tard, à la Berbeyrolle, la lecture du poème à Guingouin, le rebelle. La force et l’énergie de Gatti, de ses mots. Soulèvement. Ce jour là j’ai appris qu’il y avait recherche d’un lieu de culture, de création mais autrement que culture-spectacle, trois petits tours et puis s’en vont. En tant qu’élu l’intuition d’une véritable opportunité, ici sur le plateau. Une manière, une nécessité de lier passé, présent et avenir. Et puis, il y eut la rencontre avec Hélène Châtelain et la conjonction d’un désir de regarder les étoiles. Plus tard, quand je me suis approché plus encore de Gatti, j’ai compris vraiment, senti, ce que pouvait signifier cette expression “d’une deuxième naissance” dans le trou du maquis. Et aujourd’hui ce désir de venir ici, près de la forêt, histoire de boucler la boucle... mais pour mieux, l’ouvrir à nouveau, avec d’autres. Et j’en suis. Et je ne veux pas le décevoir. Un retour aux sources. S'emboîtant avec tous les sédiments du plateau. Refuge des bandits de grands chemins au Moyen âge, des mutins de la Courtine, des maquis pendant la Résistance, des appelés, qui à La Villedieu refusèrent de partir faire la guerre coloniale en Algérie. Au moment même où ici, s’installent, convergent, des collectifs ou des individus “pour vivre autrement”. Et pas seulement en mots mais concrètement, en expérimentant, en inventant, en vivant. Alors, oui, ici sur le plateau, un refuge des résistances Armand Gatti. Un lieu, un foyer de rencontres où la culture, l’art, le langage, les langages, la globalité, la bio-diversité, ne seront pas que des mots mais autant de sources, mille sources à alimenter et auxquelles s’alimenter, qu’on soit d’ici ou d’ailleurs...

Pierre Coutaud - maire de Peyrelevade. (décembre 2007) (propos recueillis par Manée Teyssandier de Peuple et Culture – Tulle)


 

En 2005, le poète dramaturge Armand Gatti – qui figure parmi les créateurs majeurs de langue française– revient sur le plateau de Millevaches.

Ainsi, plus de 60 ans après y avoir pris le Maquis, Gatti décide d’y venir travailler, échanger, créer, observer les étoiles et résister au triste cours du moment. Pour commencer, il donne quelques lectures, notamment en septembre 2006 celle de son poème à Georges Guingouin – écrit juste après la mort du grand maquisard – à La Berbeyolle (Tarnac, Haute-Corrèze), sur les lieux où il fut planqué par un boulanger et un paysan « magnifiques ».

 

Un foyer de création à l’échelle européenne


Avec ses compagnons d’ici et d’ailleurs, le projet de faire sur ce plateau aux mille sources un Refuge des résistances prit à ce moment force d’évidence. Le vieux rêve du poète de créer un observatoire de étoiles pourrait être inspirée par la Résistance et les femmes en noir de Corrèze. Expériences qui ont précédemment rassemblé des jeunes venus des quatre coins de l’Europe et auxquelles seront naturellement conviés les gens du Plateau ou du Limousin souhaitant s’y associer. y trouva naturellement sa place. Le Refuge sera également destiné à accueillir les résidences de création de Gatti dont la première expérience

Les liens et contacts avec des acteurs locaux laissent déjà deviner de fructueuses et possibles complicités : par exemple, un projet de bibliothèque est en cours à Faux la Montagne. Plus largement l’idée d’une Université européenne de création semble s’imposer.

L’œuvre d’Armand Gatti est sans doute une de celles qui interroge le plus profondément notre temps. S’y retrouvent l’histoire européenne (celle de l’Allemagne, de la France, l’Espagne, l’Italie, de la Russie), l’histoire des pays-continents (Amériques, Chine) et les questions posées par la grande mutation de la physique quantique.

Poser ces questions, les ouvrir, les rendre créatrices est l’enjeu de ce « centre ».

Il s’agit donc d’établir un lieu générateur de création continue et d’une pensée multiple, porteur de savoirs partageables au plus haut niveau d’exigence.

Enraciné dans une terre préservée, une communauté d’esprit, une réflexion sur les apprentissages et les savoirs, le Refuge des résistances Armand Gatti alimentera un processus de création et de partage avec une volonté d’ouverture.

Le Limousin a été naguère un des centres du monde. Le Plateau des mille sources fut le centre d’une résistance. Le Refuge des résistances doit devenir le centre d’une réflexion multiple, face à la destruction programmée des langues, des langages, des espèces….

L’association « Refuge des résistances Armand Gatti »

Autour d’Armand Gatti, d’amis limousins du Plateau, de Tulle (Peuple et Culture, Théâtre de la Luzège, de Limoges (cercle Gramsci), le projet émerge. Ses promoteurs veulent le partager et l’élargir. Ils appellent tous ceux qui se sentent concernés par cette expérience en devenir à les rejoindre. Une association ayant son siège à Peyrelevade (Mairie) a été créée le 27 janvier 2008 pour édifier le projet avec toutes celles et tous ceux qui sont motivés par cette idée urgente et nécessaire : il faut résister !

Pour en savoir plus et pour participer :
contact : Pierre Coutaud, maire de Peyrelevade
p.coutaud@wanadoo.fr

lien permanent